Tant de créativité...il suffit de jouer!

May 10, 2017

Un petit article intermédiaire, pour partager avec vous les différents petits textes reçus suite aux trois premiers jours de notre "défi-mots"...et quels textes! Que d'inventivité, de créativité! C'est jubilatoire d e lire cela, et cela confirme à quel point c'est l'esprit de notre enfant intérieur qui permet à notre créativité de se libérer, de casser les formes pré-établies, d'oser! Alors savourez!

 

 

JOUR1:

"Qu'en avais-je à faire de cet hurluberlu qui débarquait sans savoir où il voulait nous emmener? Il se voulait le messager de tout un monde, mais ce monde avait aussi la réplique incisive. S'il semblait y avoir une dynamique dans ce mouvement printanier en marche, il risquait de bien vite retomber car chacun faisait le zèbre pour oublier qu'il ne savait toujours pas se piloter." Sa*Ra

 

"J'arpentais les rayures du zèbre goudronné d'un pas dynamique pour me rendre chez le dentiste. Une incisive s'était rappelée à moi par ces dynamiques assauts tout le week-end et je n'étais pas d'humeur légère. Quand j'atteignais le trottoir d'en face, un scooter piloté par un hurluberlu en costume d'homme grenouille me frôla et je perdis l'équilibre. Les fesses sur le bitume, le genou en marmelade, je ne pensais qu'à mon rendez-vous qui devait soulager ma douleur. Ce n'était pas possible, un messager allait surgit pour alléger mes soucis. Rien à l'horizon. Je me relevais sourire aux lèvres comprenant que je voulais juste éviter le dentiste." de Christine Lenoir

 

"Mes chères Féecitoyennes, Mes chers Elfpatriotes, Chers Zaminimaux de tous pelages,
Grâce à vous aujourd’hui j’accède à la Résidence de la Baie Publique des Noctambules !
Je ne vous décevrai pas !
Ma première mesure, de la plus haute importance, a été de faire l’acquisition, avec vos pollens durement gagnés, de la toute dernière Zygomatique 5.0, toutes options : 3000 pensées transformées en rêves à la seconde - Sourire subliminal intégré, système de Bulle d’atterrissage matinal en douceur, Onirodorama époustouflant !
Vous serez fiers de votre résidente de la baie publique, à moi les virées nocturnes à dos d’éphémère avec les beaux lutins des lacs ! Je vais vous ramener des elfes des rêves à vous faire pâmer mes damoiselles, de quoi faire tout un calendrier !
Et non, messieurs les grenouillalistes à la langue longue : ce vain achat n’est pas ostensiblement rouge, comme vous l’avez coassé toute la journée sur vos feuilles de lotus, pour qui me prenez vous ? J’ai de la retenue. C’est couleur « coquelicot ».
Chers Reflecteurs, le jour se lève, il est temps d’aller dormir. Une autre longue nuit s’annonce demain, nous devrons repartir en vadrouille pour semer à tous vents des rêves nouveaux version zygomatique 5.0 !" de Babeth Bouchaud

 

 

"Monsieur et Madame Cizive ont un fils Alain.
Ben oui, Alain Cizive! Vous le connaissez aussi?
Tout le monde en parle dans le village.
Son père est dentiste et sa mère tient la boutique de bonbons à coté de l'école.
Quelles droles de personnes! Quelle famille d hurluberlus!
Voila 2 ans que la famille Cizive passe tous ses moments libres à construire la mongolfière qui leur permettra de trouver l'Arbre sous la Lune.
Il faut se dépêcher de terminer avant que le zèbre sacré perde ses rayures.
Toute la famille travaille dur et le petit Alain, au lieu d aller au foot, passe tous ses mercredi avec Monsieur Hibou qui lui apprend à piloter.Quelle volonté! Quelle dynamique! Quel courage!
Nous voilà le 31 février et le singe Cornélius,messager de la lune, fait son entrée.
Alain a revêtu son habit neuf de pilote. Mr et Mme Cizive se tiennent fiers à coté de lui.
Le compte a rebours commence : 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1 .. et les voilà qui s envolent vers leur rêve, vers leur bonheur, vers leur réalité , sous les yeux emerveillés des enfants du village.
Bonne route et bon voyage!"   de Florence Charrier

 

 

JOUR2:

"Comme une noctambule parfois, je pars à la dérive
Dans ma bulle éphémère chaque nuit, je vadrouille dans mes rêveries entourée de coquelicots bien ouverts.
Le croirez vous? les zygomatiques en action, je m'entends rire parfois" de Bernadette

 

"Aujourd'hui, je noctambule, le cœur en vadrouille, mon éphémère a bouts de bras, un coquelicot entre mes bulles, le zygomatique prêt à l'emploi... Voilà de quoi me faire joie !" de Amla

 

"Comme un noctambule je me réveille et je vadrouille, toutes ces pensées éphémères me font tourner la tête, comme un coquelicot je dodeline de la tête.
Chaque nuit c’est ainsi, et le lendemain au bureau c’est la bulle, je dois forcer les zygomatiques pour paraître et ne pas me laisser emporter par le tourbillon des mails et les sollicitations diverses." de Christel

 

 

JOUR3:

 

" Dans la tribu des papouilles torrides vient un jour le temps ondulant où la rascasse aux rêves concupiscents déchaîne ses reins dans le courant. Entre ses cuisses d'argile, naissent les monstres rugissants et attendris au cœur avide : les diplodocus assoiffés de baisers dans le cou, ornithorynques fous d'amour en quête de cannettes torrides, félins hybrides aux queues palmées bien décidés à alpaguer la sirène imprudente. A la fin du printemps, dans l'ombre douce du premier nuage, les ardeurs de tous ces fessiers en nage se rassemblent au chaud, écoutant le monde renaissant faire l'amour au son des clapotis de l'eau parsemée de gamètes et d'étoiles mélangées " de Babeth Bouchaud

 

"Je nage
Je me dresse et me jette là-haut, de mon nuage
Je fend l’air, je fend l’eau, m’allonge et je nage
Mon corps pénètre silencieux sans clapotis
Je suis une ombre qui glisse et qui prend vie

Une mouette hagard au regard concupiscent
M’interpelle éberluée de son cris si strident
Telle une rascasse je progresse de mon possible
Je nage, m’étire, je fend l’eau. Un invisible

Mes doigts déliés caressent telle une papouille
Mes pieds ondulent sans bruit ça me dérouille
Jaillissent le froid, la nuit qui me convainquent
Je ne suis qu’un homme pas un ornithorynque"

de Dexter Ward

 

 

"Partir loin

En ce jour éphémère de pleine lune,
Je ressens le besoin de partir en vadrouille au bord d’une lagune.
Entendre le clapotis de l’eau sur les rives, messager de la vie dynamique des noctambules,
Laisser la nuit piloter mes sensations, écouter la mélodie des rascasses qui bullent,
Pour détendre leurs zygomatiques après un festin poissonneux,
Et voir les ornithorynques concupiscents se laisser aller à des papouilles facétieuses entre eux.
Sentir les coquelicots las d’étaler leur rouge intense se recroquevillant sur leur fragilité,
Observer les nuages qui zèbrent le ciel, et voir la lune incisive déchirant l’obscurité."

de Laurence Benoit

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents

December 3, 2018

February 25, 2018

Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

​© 2016 by l'arbre sous la lune - Contact : 06 26 97 15 18 - 06 30 79 05 02- larbresouslalune@gmail.com